каморка папыВлада
Альбом Сокровища алмазного фонда СССР. 1967 текст-3
Меню сайта

Поиск

Статистика

Друзья

· RSS 29.06.2017, 13:39

скачать альбом

<- предыдущая страница следующая ->


LE FONDS DIAMANTAIRE DE l'URSS se place parmi les plus importantes collections de pierres precieuses et d'articles de joaillerie existant dans le monde. La plupart de ses pieces sont uniques dans leur genre et ont donc une immense valeur historique, artistique et materielle.
L'Exposition du Fonds diamantaire de l'URSS, ouverte a l'occasion du cinquantiere anniversaire du pouvoir des Soviets, presente au grand public certaines de ses pieces les plus remarquables du point de vue historique et artistique, qui rendent particulierement bien le caractere et la variete etonnante de cette collection. Le Fonds diamantaire de l'URSS se compose de valeurs historiques: pierres precieuses, articles de pierrerie et richissime materiel des ceremonies du sacre des tsars qui, apres la Revolution d'Octobre 1917, est passe a qui de droit, c'est-a-dire au peuple sovietique.
Dans les cinquante annees depuis l'avenement du pouvoir des Soviets, le Fonds diamantaire s'est non seulement conserve, mais s'est meme accru de facon sensible. Il s'est enrichi d'articles particulierement remarquables en metaux precieux et pierreries, ainsi que d'un grand nombre de diamants uniques provenant des gisements sovietiques.
Les diamants (du grec «adamant», ce qui veut dire inebranlable, solidissime) sont connus depuis l'Antiquite. Ainsi Pline l'Ancien (I-er s. de notre ere) mentionne plusieurs fois dans ses ecrits la volonte aussi vieille que tenace des hommes de forcer ces etonnants cristaux a percer et a couper les matieres les plus dures. Les diamants etaient veneres comme «Pierres des Rois» et estimes au-dessus de tous les autres tresors. Mais ils se rencontraient tres rarement et il s'en fallait que tous les potentats en possedent.
Tout cela faisait se multiplier les legendes sur leur compte. On attribuait a ces pierres d'extraordinaires facultes magiques. Cette croyance s'est maintenue durant des siecles.
En Russie notamment, les diamants faisaient l'objet d'une veneration seculaire. On pensait qu'ils conferent la force et le courage.
Au XVIIe siecle ils prennent une large place dans la joaillerie russe. Dans les annees 80 de ce siecle notamment, les ateliers du Kremlin de Moscou confectionnent pour les tsars Jean et Pierre deux diademes de diamants d'un magnifique eclat.
Maintenant les joailliers sont passes maitres dans l'art de tailler les diamants pour les transformer en brillants et mettre ainsi bien en valeur leur eau, leur eclat et leur jeu. Apres la taille, le prix du diamant brut (deja tres cher par ailleurs) s'accroit encore de beaucoup.
Au XVIIIe siecle qui a marque l'apogee des monarchies absolues, le role des diamants et le respect qu'on leur porte sont encore accrus. C'est d'apres le nombre et la valeur des brillants sur les attributs du pouvoir qu'on jugeait de la grandeur et de la richesse des pays. Les principaux attributs du pouvoir monarchique dont le port etait obligatoire au cours des receptions et autres ceremonies, etaient le Globe (ou «Pomme» comme on l'appelait parfois en Russie), le Sceptre (symbole du commandement) et la Couronne.
Chaque maison regnante cherchait a eclipser ses rivales par le luxe de ces attributs. On comprend donc que les empereurs de Russie faisaient tout leur possible pour rendre le Tresor de la Couronne le plus riche du monde. Il se completait donc constamment de pieces d'un faste extraordinaire et tout constellees de pierreries. Maintenant ses collections sont integrees au Fonds diamantaire de l'URSS.
L'immense valeur materielle et la signification politique de ces objets qui symbolisaient le Pouvoir, faisaient qu'on mettait a les conserver un soin enorme. Ainsi un Ukase de Pierre le Grand stipulait a ce propos que «...ces objets seront conserves a la Tresorerie imperiale, dans un coffre ferme a trois cadenas dont les cles seront confiees la premiere au Chancelier du Tresor, la seconde a un Conseillier de la Tresorerie et la troisieme au Superintendant du Tsar et que les jours de grandes solennites a la Cour, ledit Chancelier, assiste de deux Conseilliers a la Chambre sera charge de se rendre au Tresor, d'ouvrir le coffre, d'en tirer les insignes de la dignite imperiale et de les faire porter par les deux conseilliers a la Cour. La reception achevee, ces objets seront ramenes au Tresor et renfermes dans leur coffre...». En dehors des insignes du pouvoir imperial, le Tresor du Palais comprenait aussi des pierres precieuses et des articles de joaillerie particulierement rares et chers.
Avec l'expansion au XVIIIe siecle de l'industrie miniere dans l'Oural s'est accru l'interet pour les pierreries russes. De superbes echantillons de pierres precieuses et fines, scintillantes de toutes les couleurs de l'arc-en-ciel, se mirent a affluer a la Cour pour etre incorpores au Tresor imperial ou bien aller orner les habits de ceremonie, les eventails, les tabatieres et les cannes et resplendir sur les poignees des epees et les plaques des decorations. Deux joailliers celebres, Posier et Duval travaillaient alors a la Cour. Beaucoup de leurs ouvrages, qui emerveillaient leurs contemporains par l'elegance et la grace, se conservent jusqu'a present dans les collections du Fonds diamantaire de l'URSS. Posier notamment a cree la plus riche couronne jamais portee par les monarques europeens. Il s'est servi pour la faire des plus belles pierres et perles du Tresor imperial.
Pendant un siecle et demi a peu pres, cette couronne fut le symbole du pouvoir supreme en Russie.
A des epoques differentes des specimens rarissimes ou uniques de pierres precieuses venaient completer le Tresor imperial. Beaucoup de ces pierres figurent a l'Exposition. Parmi elles signalons le splendide solitaire «L'Orloff», comme on a baptise le gros diamant incruste dans le sceptre des Tsars, joyau d'une beaute vraiment envoutante, ainsi que la spinelle sang-de-boeuf de la Couronne imperiale, merveilleuse par la profondeur de son coloris. Une autre pierre unique dans son genre est le «Schah», diamant d'une renommee universelle, apporte a Petersbourg en 1829, par le prince-heritier de Perse Hosrev-Mirza en «rachat» du meurtre a Teheran de l'ambassadeur de Russie (l'ambassadeur en question etait le celebre poete Griboiedov).
Une autre piece inoubliable est l'enorme diamant plat a table de 7,5 cm2, idealement poli et limpide, monte dans un bracelet de style gothique. Le grand saphir cingalais entoure comme d'une aureole de brillants etonne par son bleu a la fois profond et transparent. Cette piece est sans pareille dans le monde, de meme d'ailleurs que la grosse emeraude rectangulaire d'un vert tres fonce, pur et translucide qui constitue aussi l'orgueil du Fonds. Se fait beaucoup remarquer l'enorme chrysolithe vert-olive (192 carats 60), lisse et transparente comme de l'eau de roche. Et ce n'est pas tout! Le Fonds diamantaire de l'URSS possede encore une foule de pierres d'un eclat et d'une beaute saisissants.
L'Exposition presente plusieurs echantillons des premieres en date et en importance des decorations russes, les Etoiles et Croix de Saint-Andre. Cet Ordre, fonde par Pierre le Grand, portait le nom de S-t Andre, l'un des patrons de la Russie.
Tout de suite apres la victoire de la Revolution, le Gouvernement sovietique a pris les mesures necessaires pour sauvegarder les joyaux historiques. Pour mettre a jour et recenser les reserves de pierreries, d'or et d'autres metaux precieux existant dans le pays et les preserver des surprises, le Conseil des Commissaires du Peuple adopta le 3 fevrier 1920 un arrete qui instituait a Moscou, aupres du Commissariat du Peuple aux Finances, un Fonds national de Protection des Valeurs de la RSFSR (GOKHRAN). Lenine a signe de sa propre main ce document et a appele tous les citoyens a veiller a ces tresors qu'il considerait appartenir a tout le peuple. Il a energiquement aide la creation du Gokhran et s'est toujours interesse a son travail. Des le debut de 1922, les Joyaux de la Couronne se trouvaient tous au Gokhran. C'est a la meme epoque qu'on entreprit l'etude de l'historique de ces tresors. Cette tache a ete confiee a un groupe d'experts dirige par le plus eminent mineralogiste sovietique, l'academicien A. Fersman. Parmi les joailliers qui faisaient partie de cette equipe citons A. Faberge, A. Kotler, B. Masseev et l'expert attitre du Gokhran N. Dmitriev. Le directeur du Musee de l'Ermitage S. Troinitski et le Conservateur de la Chambre des Armures D. Ivanov etaient charges de l'expertise artistique des pieces. En 1922 la collection nouvellement reunie a recu le nom de «Fonds diamantaire de la RSFSR» et, depuis 1924, apres la constitution de l'Union des Republiques socialistes sovietiques, elle est appelee «Le Fonds diamantaire de l'URSS».
Avec le progres industriel et scientifique du XXe siecle les diamants ont vu s'ouvrir devant eux des nouveaux emplois. Leur durete extraordinaire les a rendus indispensables lorsqu'il s'agit de resoudre bien des problemes techniques particulierement compliques. En fin de compte, ils sont devenus en quelque sorte le symbole du progres technique, un puissant agent d'amelioration de la productivite.
L'essor de la plupart des branches de l'industrie moderne et, plus particulierement, du travail des metaux, des mines, des constructions mecaniques et de la mecanique de precision, est impensable sans les outils diamantes. C'est ce qui explique pour beaucoup la tendance de toutes les puissances industriellement developpees d'accroitre a tout prix leurs reserves de diamants. Il fut un moment ou les diamants se sont trouves dans les listes des matieres «strategiques», dont l'exportation en URSS etait interdite. Ce n'etait qu'une nouvelle tentative de freiner le progres technique de notre pays en y faisant regner la disette diamantaire. Comme toutes les autres d'ailleurs, cette tentative des trusts imperialistes de ralentir l'essor economique de notre pays s'est soldee par l'echec.
Les soins constants du Parti communiste et du Gouvernement de l'URSS de favoriser au possible le developpement de l'industrie nationale, ont aide la mise en valeur de la plupart des tresors de notre sous-sol. Sous des climats particulierement rudes et dans des sites presqu'inabordables, les geologues sovietiques ont decouvert les terrains diamantiferes de la Siberie. L'Union Sovietique s'est transformee en pays producteur de diamants. La nouvelle de la decouverte en Yakoutie des cheminees diamantiferes «Mir», «Oudatchnaia» et «Aikhal» a fait en son temps le tour du monde. La capitale des diamants sovietiques, la ville de Mirny, a surgi en pleine taiga. L'expansion continue de l'extraction nationale des diamants a permis d'accroitre nettement la production et l'emploi des outils diamantes. Notre industrie s'est vite affranchie de sa dependance des importations. Plus meme, l'URSS s'est rangee a son tour parmi les exportateurs de cette matiere premiere importante. Actuellement, le Fonds diamantaire de l'URSS se complete regulierement et en quantites importantes de pierres remarquables par leur eau et leur grosseur, provenant des gisements nationaux. Les noms de plusieurs diamants qui figurent a cette Exposition retracent l'histoire de leur decouverte. Ainsi le «Voskhod» et le «Valentine Terechkova» ont ete extraits aux jours ou la nouvelle des raids de nos vaisseaux cosmiques a etonne le monde entier. Deux autres pierres remarquables ont ete decouvertes par des membres du «Komsomol» (Jeunesses Communistes) et c'est en memoire de leur exploit qu'on voit dans le catalogue du Fonds diamantaire les noms de «Komsomolski» et d'«Octiabrski». Le «Zlata Praha» a ete trouve le jour-anniversaire de la liberation de Prague des nazis; le «Pokorionnyi Vilui» (le Vilui dompte) perpetue la memoire de ceux qui ont su dompter les flots glaces du puissant cours d'eau russe; «Solus» veut dire «Etoile» en yakoute et le «Loutchezarnyi» (Rayonnant) a ete baptise en l'honneur du brillant soleil siberien. Le Gouvernement sovietique accorde beaucoup d'attention au developpement dans notre pays de l'extraction des diamants qui progresse a un rythme tres rapide. Les chercheurs sovietiques se sont places au tout premier rang de ceux qui poursuivent les etudes scientifiques sur les diamants. La theorie des origines de ces pierres qu'ils ont mise au point a ete confirmee par les prospections geologiques. Les gisements siberiens ont ete les premiers au monde dont la decouverte n'etait pas due au hasard, mais s'appuyait sur des pronostics scientifiques bien fondes et l'emploi de methodes de prospection nouvelles.
Les savants sovietiques ont egalement resolu le probleme de la synthese de diamants de tres belle qualite. Ces pierres remplacent avec succes les naturelles et se trouvent dans l'industrie des emplois de plus en plus nombreux.
Pour eviter les erreurs dans l'estimation des prix des pierres et employer celles-ci de la facon la plus rationnelle, un systeme de classification scientifique d'une grande perfection a ete mis au point; enfin des ateliers de traitement des pierres de qualite inferieure ont ete ouverts, ce qui permit de les ameliorer au possible et de leur trouver les utilisations qui leur conviennent le mieux.
Grace a l'abondance des matieres premieres on a vite cree dans notre pays une industrie des brillants tres moderne. Ainsi la taillerie de Smolensk est une des plus puissantes entreprises mondiales de production de diamants de joaillerie. Equipee d'un materiel de tres grande classe elle a forme dans ses ateliers des specialistes remarquables de la taille des diamants. Maintenant nos joailliers peuvent produire des brillants de toutes les formes en employant toutes les techniques de taille connues. Les pierres taillees a cet etablissement repondent aux exigences des usagers les plus capricieux et sont tres demandees chez nous comme a l'etranger.
Dans notre album, l'art de nos bijoutiers est represente par des photos d'articles en pierres et metaux precieux provenant des ateliers de Moscou, de Smolensk et de Leningrad.
On y voit egalement des cliches de quelques pieces de la rarissime collection de pepites d'or et de platine qui figure a l'Exposition. Cette collection sans pareille dans le monde presente un interet scientifique extraordinaire car on y trouve des decouvertes echelonnees sur plusieurs dizaines d'annees. Certaines de ces pepites ont ete trouvees encore avant la Revolution, mais la grande majorite date de l'epoque sovietique. Parmi les pieces de cette collection on trouve la plus grosse des pepites connues sur la Terre, le celebre «Grand triangle» qui pese 36 kilogrammes, le «Grand Tyelguinski» (14 kilos) ainsi que des pieces remarquables par leur forme telles que «Le Chameau», «Les Oreilles de Lievre», «Mephistopheles»; ces curieux caprices de la nature peuvent parfois concourir quant a l'expression avec les creations des plasticiens. On peut affirmer sans crainte d'exageration qu'aucune autre collection nationale de pepites n'offre un aussi riche choix de toutes les formations structurales et cristallines existantes. L'album presente la reproduction photographique d'une des plus grandes pepites de platine connues de nos jours. Comme on sait, les pepites de platine natif ne se rencontrent presque pas dans le monde. Dans les toutes premieres annees apres la Revolution, la presse occidentale (et surtout les journaux des emigres blancs) s'appliquait a faire courir le bruit que les bolcheviks pillent sans vergogne les Joyaux de la Couronne. Les racontars sur la disparition de ces tresors avaient pour but de persuader le grand public de tous les pays que les bolcheviks sont des Vandales et la Revolution — un desastre et une calamite. Mais, guide par le Parti bolchevik, le peuple a renverse le regne du patronat et des proprietaires fonciers pour prendre en ses propres mains le pouvoir; et malgre la debacle causee par la guerre civile et l'intervention etrangere il a non seulement assure la sauvegarde des tresors amasses au long de l'histoire, mais en a cree bien d'autres nouveaux.
En reponse aux mensonges de la propagande antisovietique Lenine a propose d'exposer au grand public les Joyaux de la Couronne. Cette Exposition a ete tenue en 1924, dans la Salle a Colonnes de la Maison des Syndicats. Dans les annees cinquante, quand fut connue la decouverte des diamants siberiens, les journaux etrangers ecrivaient a l'unisson que les pierres russes ne parviendraient au marche mondial qu'au XXIe siecle, car elles se trouvent dans des sites desertiques et presqu'inaccessibles, a des milliers de kilometres des centres industriels et des voies de transports. Mais ce qui semblait un mythe est devenu realite. Sous la direction du Parti et du Gouvernement, le peuple sovietique a accompli un nouvel exploit: il a installe les mines de diamants les plus modernes et importantes du monde presqu'en plein Pole du Froid. La mise en exploitation des gisements yakoutes est un grand triomphe de la science et de tout le peuple sovietique qui ont mis fin au long monopole des puissances capitalistes dans le domaine des diamants. L'URSS a commence a extraire les pierres precieuses et est apparue sur le marche mondial non pas au XXIe siecle, mais quelques annees a peine apres que la pelle mecanique des prospecteurs ait entame pour la premiere fois le sol vierge siberien. Et la Siberie a ouvert ses tresors au peuple, leur proprietaire legitime.
De meme que les autres realisations de notre pays, les eblouissantes pierreries du Fonds diamantaire de l'URSS temoignent du courage au travail des Sovietiques, de leur inepuisable volonte de faire tout pour le bonheur et la prosperite de leur Patrie.

Y. Dujenko
E. Smirnova


<- предыдущая страница следующая ->


Copyright MyCorp © 2017
Конструктор сайтов - uCoz